Bien-Être

Guide pour survivre aux temps des Fêtes 2020

Version imprimable

Par Dre Charlotte Gamache, psychologue

Nous avons eu une sacrée année 2020, et celle-ci se termine à l’image de ce qu’elle a été : avec un temps des Fêtes assez atypique, pour ne pas dire décevant!

J’arrive à la rescousse avec quelques conseils pratiques dans l’espoir d’alléger votre cœur en cette période bien particulière. Dans cet article, je partagerai avec vous des trucs faciles à appliquer lorsque le moral est dans les chaussettes. Puis je vous aiderai à envisager un temps des Fêtes différent, certes, mais réjouissant.

Conseil 1 : Donnez-vous le temps d’être en boule

Avant de discuter des stratégies concrètes que je vous propose, j’aimerais attirer votre attention sur un point essentiel : celui de se donner le droit de ne pas se sentir bien. Ces temps-ci, il vous arrive peut-être de vous sentir triste, frustré·e, inquiet·ète, découragé·e, démoralisé·e, seul·e, etc. Et vous avez toutes les raisons du monde de vous sentir ainsi. La dernière année a été extrêmement éprouvante, et l’interdiction de se rassembler pour Noël est un coup dur. Faire preuve de résilience est une aptitude formidable, mais se donner le droit de ne pas bien aller en est une autre qui mérite votre attention.

Loin d’être contre-productif, accepter que nous n’allons pas bien nous donne l’occasion de réguler un état affectif douloureux, puis de passer à autre chose. Vous avez peut-être déjà remarqué qu’après avoir pleuré un bon coup, vous vous sentiez souvent soulagé·e et que vos idées étaient plus claires? C’est exactement ce dont il est question ici.

Rappelez-vous que cela fait neuf mois que vous êtes résilient·e, que vous sollicitez vos capacités d’adaptation et que vous luttez pour préserver votre humeur. Tout cela est épuisant! Accueillez vos moments difficiles avec compassion et douceur envers vous-même. Évitez de banaliser ce que vous ressentez (« tout le monde est dans le même bateau »), de vous reprocher cet état (« il ne faut pas que je me sente comme ça ») ou de balayer vos émotions du revers de la main.


Conseil 2 : Donnez du sens aux mesures en place

Souvent, donner du sens à une situation éprouvante nous aide à la rendre plus supportable et augmente notre sentiment de maîtrise ainsi que notre motivation.

Souvenez-vous des raisons qui vous incitent à vivre cet isolement, à prendre toutes ces mesures sanitaires et à choisir de suivre les recommandations gouvernementales. Parce que oui, au final, il s’agit d’un choix. Vous pourriez décider de faire à votre tête, d’organiser un gros souper de Noël, de refuser le port du masque, etc. Mais vous ne le faites pas. Pourquoi? Ce peut être par solidarité, par conscience sociale, par considération pour votre sécurité et celle de vos proches, ou encore dans l’espoir de voir les choses rentrer dans l’ordre au plus vite. Réappropriez-vous les précautions que vous prenez.


Conseil 3 : Utilisez une technique de visualisation

La visualisation est une stratégie particulièrement utile lorsque nous sommes coincés dans une situation et que nous avons besoin d’évasion. Cette technique nous permet de nous distancier d’une situation pénible au profit d’une expérience plaisante et rassurante. Et ce qui est formidable, c’est que nous pouvons recourir à cette technique aussi souvent que nous en éprouvons le besoin. Pour profiter pleinement de ses effets, il est recommandé de solliciter tous nos sens. D’imaginer les odeurs, les sons, les sensations sur votre peau, la vue, et même les goûts qu’évoque notre rêverie.

Personnellement, j’aime bien imaginer un moment agréable post-pandémie. Ça me rappelle qu’il y aura un après. J’imagine une soirée entre amis, autour d’un bon repas, tandis que nous nous remémorons la crise sanitaire. Nous en discutons avec éclat, en riant, et en nous racontant nos souvenirs les plus cocasses. Nous en parlons aussi avec émotion, douleur et fierté. Et vous, en quels termes parlerez-vous de la pandémie une fois qu’elle ne sera plus qu’un souvenir? Avec qui? Comment vous sentirez-vous à ce moment?

D’autres personnes préfèrent visualiser une activité apaisante, comme un voyage ou un moment de détente à la plage. Elles imaginent alors l’odeur iodée de la mer, le son des vagues et des oiseaux, la chaleur du soleil et la douce brise qui caressent leur peau, la mer qui se dessine devant eux, etc. À vous de choisir ce qui vous plonge plus particulièrement dans un état de réconfort. Et vous pouvez refaire l’exercice chaque fois que vous en ressentez le besoin.


Conseil 4 : Cultivez l’espoir

L’incertitude est un état désagréable pour bon nombre d’entre nous! Or l’incertitude fait partie de la vie, et apprendre à mieux la tolérer s’avère un apprentissage précieux. Quel meilleur contexte que la pandémie pour pratiquer notre tolérance à l’incertitude?

Lorsque nous faisons face à l’inconnu, nous avons souvent tendance à envisager le pire. C’est d’ailleurs ce qui rend l’inconnu si désagréable. Pourtant, une situation incertaine laisse place à de nombreuses possibilités, y compris des événements heureux. Avec l’incertitude vient l’espoir que les choses aillent mieux, que de belles surprises se présentent à nous. Si les scénarios pessimistes nous viennent facilement à l’esprit, il faut parfois prendre le temps de cultiver des scénarios plus favorables.

À ce sujet, j’aimerais ajouter que de nombreuses personnes n’osent pas espérer d’issues positives et préfèrent imaginer le pire. Elles entretiennent souvent des croyances voulant que : 1) être pessimiste revient à être réaliste et 2) être pessimiste protège des déceptions à venir. Or ces deux croyances sont fausses. 

Alors permettez-vous d’espérer de belles choses! C’est un carburant essentiel à votre bien-être, surtout par ces temps difficiles.

Compte tenu du déroulement actuel des choses, que pouvez-vous espérer du temps des Fêtes? Des prochains mois, etc.?


Conseil 5 : Soyez créatif·ive!

Vous est-il déjà arrivé de vous retrouver sans tire-bouchon pour ouvrir votre bouteille de vin? Devant ce pépin, je suis certaine que vous ne vous êtes pas contenté de ranger bien sagement votre bouteille sur la tablette. Au contraire, vous vous êtes sûrement efforcé de trouver un moyen de l’ouvrir. Que ce soit avec une vis et un marteau, avec le talon de votre chaussure, ou encore en empruntant le tire-bouchon de votre voisin.

Quand nous sommes limités par nos moyens, nous devons nous montrer créatifs. C’est précisément dans cet état d’esprit que je vous recommande d’aborder ce temps des Fêtes atypique.

Nous avons neuf mois de pandémie dernière nous et nous accusons régulièrement les contrecoups de cette crise sanitaire. Plus que jamais, nous avons besoin d’un joyeux temps des Fêtes. D’une belle bulle qui nous permette de souffler un peu.

Les rassemblements sont annulés, mais pas le temps des Fêtes. Ce ne sera pas une saison sous le signe des grandes fêtes familiales, mais plutôt du plaisir, de la détente et du repos. C’est valable aussi. 

Alors, faites-vous plaisir et gâtez-vous! Réservez-vous des surprises et des moments spéciaux en ce temps des Fêtes. Comment? C’est à vous de trouver ce qui vous sied le mieux, mais voici quelques idées pour stimuler votre créativité :

➝ Maintenez les traditions de Noël qui vous tiennent à cœur. Elles vous feront plaisir, même si le contexte est différent. Par exemple, préparez un menu traditionnel du temps des Fêtes, écoutez de la musique et des films de Noël, faites un atelier de maisons en pain d’épice, etc.
➝ Abordez ce temps des Fêtes comme une période idéale pour vous faire du bien, pour vous dorloter. Profitez-en, par exemple, pour vous offrir des soins corporels ou esthétiques, comme des massages ou une manucure.
➝ Profitez-en pour vous offrir une belle escapade. Les gîtes sont ouverts, et plusieurs offrent même des forfaits spéciaux pour le temps des Fêtes.
➝ Organisez un atelier de dégustation de vin guidé par une grille d’arômes. Assurez-vous toutefois d’avoir un tire-bouchon! 
➝ Faites la tournée de vos proches qui habitent à proximité et apportez-leur une carte de Noël, des petits biscuits faits maison ou autres.
➝ Et pourquoi ne pas en profiter pour aller vous asseoir devant leurs fenêtres ou balcon avec une douillette et une boisson chaude? Vous pourrez échanger avec eux à travers la fenêtre ou à l’aide d’un combiné. Ce sera agréable de voir vos proches, même si la formule est différente.

Bref, un beau temps des Fêtes, ça s’organise. Et celui à venir ne fait pas exception!

Charlotte Gamache

Psychologue clinicienne, Charlotte se spécialise dans le traitement des troubles de la conduite alimentaire et de l’image corporelle. Depuis 2015, elle traite régulièrement des personnes souffrant de dysmorphie corporelle, de boulimie, d’orthorexie, de néophobie alimentaire, ainsi que des patients sur le point de subir une chirurgie bariatrique. Elle est également la créatrice du tout premier programme en ligne sur l’image corporelle. Constatant que l’alimentation et l’image corporelle sont une source de préoccupation grandissante dans notre société et que cela entraîne de nombreux problèmes, Charlotte est heureuse de partager son expertise au plus grand nombre afin d’éveiller les consciences et d’apporter des solutions concrètes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *